Des Françaises et Français hyperconnectés

Le taux d'équipement à Internet à domicile a littéralement flambé ! 1998 : 4% / 2000 : 14% / 2005 : 40% / 2007 : 55% / 2009 : 67% / 2011 : 75% / 2013 : 81% (France = 6ème rang en Europe). Les non utilisateurs d'Internet se trouvent chez les plus de 60 ans non détenteurs du Bac.

61% des Français sont détenteurs d'un ordinateur portable. 36% détiennent plusieurs ordinateurs. 17% sont possesseurs d'une tablette tactile (4% en 2011). 39% sont détenteurs d'un smartphone (17% en 2011).

Rester connecté-e à tout moment et en tout lieu

Une part croissante de Français se connecte en permanence à Internet, quel que soit l'endroit (dont 37% avec leur téléphone mobile). Les nouveaux usages du téléphone sont en forte extension : naviguer sur Internet, envoyer des courriels, télécharger des applications.

La possibilité de se connecter en tout lieu induit l'opportunité de se connecter à tout moment. Les moindres interstices des emplois du temps sont ainsi comblés par le recours aux outils numériques : pendant les "temps morts", dans les transports en commun, passager dans une voiture, en attendant quelqu'un dans une file d'attente ou pour un rendez-vous, etc. Du coup, peut-on encore parler de "temps morts" ? Et encore, l'enquête du CREDOC ne prend pas en compte les usages lors des fêtes de famille, des sorties entre amis, etc. Internet est désormais accessible dans toutes les pièces du logement, à tout moment, et avec des outils divers : téléphone, smartphone, PC portable, PC fixe, tablette... Ainsi la connexion par fil à Internet est en baisse et ne concerne plus que la moitié des usages d'Internet.

Une porosité croissante entre vie professionnelle et vie privée

50% des salariés utilisent Internet au bureau à des fins privées. 39% des salariés utilisent pour leur travail les nouvelles technologies en dehors de leurs horaires et des lieux de travail. 65% des usagers quotidiens d'Internet utilisent les nouvelles technologies pour des motifs professionnels en dehors des lieux et horaires habituels de travail. 40% des actifs estiment que le recours aux nouvelles technologies à des fins professionnelles en dehors de leurs horaires et lieux de travail habituels empiète trop sur leur vie privée (et 42% sont d'un avis contraire).

Des jeunes précocement équipés

En 2013, 89% des 12 ans et plus sont équipés en téléphonie mobile (72% en 2005). Avant 40 ans, mais aussi pour les diplômés du Bac ou plus, les smartphones sont plus répandus que les téléphones mobiles classiques. 7 adolescents-tes sur 10 vivent dans un foyer où plusieurs ordinateurs sont disponibles. 84% des 18-24 bénéficient d'un ordinateur portable à domicile 77% des plus de 12 ans se connectent au moins une fois par jour à Internet. 7 personnes sur 10 envoient chaque jour des SMS et 124 SMS sont envoyés en moyenne par semaine et par personne.

Y a-t-il une vie après Internet ?

Peut-on omettre cette nouvelle donne massive dans l'enseignement, l'éducation, l'orientation, mais aussi dans le travail ? Jusqu'où ira-t-on dans l'hyperconnexion, dans l'hyperconnectivité, dans notre commune addiction numérique ? Pourquoi petite poucette se sent-elle à ce point seule pour devoir à tout moment et en tout lieu se connecter à ses proches pour des motifs parfois majeurs mais souvent futiles ? Bien qu'ils sachent qu'à chaque connexion, à tout moment et en tout lieu ils sont ciblés, épiés, fichés, contrôlés, tracés, filés, pourquoi nos contemporains ne décident-ils pas plus souvent de se déconnecter ? Comment s'y retrouver dans l'urgence (souvent la pseudo-urgence et la confusion entre l'urgent et l'important) et le bruit permanents ? Comment faire silence ?

Après la galaxie Gütenberg et la galaxie Mac Luhan, la galaxie Google est-elle gage de promesses pour l'humanité ? Saura-t-elle, à elle seule, nous aider à traquer l'inhumain qui persiste dans l'humain ? Est-il raisonnable de considérer avec sérieux la thèse scientiste et New age selon laquelle les Liens_internet.jpgnouvelles technologies ouvriraient à un monde de transparence, de démocratie et de progrès de l'humanité ? Et puis, de quelles pratiques renouvelées en orientation la galaxie Google est-elle le nom ? Pourra-t-on y inventer un véritable conseil en ligne mixé intelligemment d'un conseil en présentiel qui soit autre chose que de la pure information ?