Peut-on laisser seules les néo-cop contractuelles, devenues néo-psy en 2017, face à leur entrée dans le métier ? Quel parcours d'intégration progressif et méthodiquement accompagné leur proposer, dans lequel les directeurs et directrices de CIO, les collègues expérimentées et l'inspecteur.trice de la spécialité orientation jouent, en harmonie, leur rôle ? C'est l'objet du protocole académique néo-cop (néo-psy) conçu par mes soins dans l'académie de Nantes dès la sortie de la première édition du Guide néo-cop en 2008.

Joint en annexe, ce synopsis intègre sept éléments à mes yeux indispensables, chacun d'entre eux étant lié aux six autres :

(1) Recrutement des néo-cop contractuel-l-e-s,

(2) Positionnement initial et module d’accueil,

(3) Tutorat,

(4) Visites conseils,

(5) Cycle bisannuel de journées de formation,

(6) Préparation au concours de recrutement,

(7) Renouvellement du contrat de travail.

Vu le nombre sans cesse croissant de néo-cop (néo-psy) contractuel-le-s en académie depuis le début des années 2000 et l’ampleur de leurs besoins de professionnalisation, nous nous trouvons, depuis des années, face à une situation où non seulement le nombre de postes de psychologues de l'éducation nationale est dramatiquement trop faible pour répondre aux demandes et aux besoins des consultants et des établissements scolaires, mais également confrontés à la montée en charge des statuts précaires en CIO. Ainsi, depuis des années, les CIO accueillent des psychologues contractuel.l.e.s précarisé.e.s qui découvrent, sans assistance professionnelle décente, un métier spécifique, exigeant, difficile, qui ne leur promet pas une titularisation, faute de places au concours de psychologue de l'éducation nationale. Cette situation est particulièrement préoccupante dans les régions les plus rurales. Comment accompagner les néo-psy dans leur entrée dans le métier ? Quel est le rôle des directeurs.trices de CIO, des collègues plus expérimenté.e.s, de l'inspecteur.trice de la spécialité orientation ? Un soin particulier mis dans le recrutement, un premier accueil construit, un tutorat institué dans chaque académie (on en est loin à ce jour), un cycle bisannuel de journées de formation et de préparation au concours, des visites-conseils régulières sur le terrain, un Guide néo-psy actualisé à faire évoluer désormais en direction de l'ensemble des psychologues de l'éducation nationale des premier et second degrés réunis, et non seulement des ex-COP... Bref, un véritable accompagnement pour une entrée décente dans un nouveau métier. C'est, à mes yeux, le rôle des inspecteurs et inspectrices en orientation de s'en préoccuper chaque jour. Ajoutons que la réduction drastique annoncée du réseau actuel des centres d'information et d'orientation (CIO) ne ferait rien, assurément, pour améliorer la situation des jeunes psychologues contractuelles malmenées par leur employeur.