Propos orientés

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - évaluation et orientation

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 juin 2018

En quête de la bonne école

Ballion__La_bonne_ecole__Hatier__1991.jpg En avril 2002, j'ai publié deux études : A la recherche du bon collège, la dérogation dans les collèges publics de la Sarthe en 2001 (Inspection académique Sarthe, 34 p.) et A la recherche du bon lycée, la dérogation à l'entrée dans les lycées généraux et technologiques Sarthe en 2001 (IA Sarthe, 50 p.). Elles sont à disposition sur simple demande à jacques.vauloup@gmail.com. L'intention : m'appuyant sur La bonne école (Ballion, 1991), dresser un état des lieux en vue d'une réflexion collective, fournir des propositions nouvelles à l'ad-mini-stration.

Lire la suite...

vendredi 1 juin 2018

La bienveillance peut beaucoup

Jellab__Marsollier__Bienveillance_et_bien-etre_a_l__ecole__Berger-Levrault__2018.jpg Dans l'ouvrage collectif qu'ils ont dirigé en février 2018 chez Berger-Levrault, les inspecteurs généraux Aziz Jellab et Christophe Marsollier, s'appuyant sur les travaux en sciences humaines et sociales et notamment sur les sciences de l'éducation et le mouvement de l'éducation nouvelle, avancent un argument et des exemples des plus convaincants pour donner droit de cité à la bienveillance, au bien-être et à une éthique du ''care'' à l'école.

Lire la suite...

lundi 14 mai 2018

Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ? (dis 5)

Inspecteur_gadget.bmpLa note de service n°2018-056 du 23 avril 2018 parue au BOEN n°17 du 26 avril 2018 relative aux modalités d'évaluation du stage et de titularisation des psychologues de l'éducation nationale stagiaires recruté.e.s depuis le 1er septembre 2017, date de la constitution du corps unique qui remplace désormais les ex-psychologues scolaires et les ex-conseillers-d'orientation-psychologues, fixe l'évaluation des stagiaires exerçant leurs fonctions dans la spécialité

Lire la suite...

mardi 24 avril 2018

L'école classe et place

Cayouette-Rembliere_J.__L__ecole_qui_classe__PUF__2016.jpg En suivant pas à pas, dans L'école qui classe, les trajectoires scolaires de 530 élèves du primaire au Bac, la sociologue Joanie Cayouette-Remblière montre comment se construisent, concrètement, les inégalités scolaires, et comment l'institution scolaire marque les individus qui la fréquentent. L'échec et les ruptures se produisent de plus en plus à l'intérieur même du système, les jugements scolaires n'en sont que mieux intériorisés : "les classes populaires se sont approprié l'enjeu, pas les règles du jeu" (p. 11). Un livre sur les inégalités en train de se faire.

Lire la suite...

samedi 7 avril 2018

Je narre, tu narres le conseil : classe !

Conseil-de-classe-Fabrice-Erre.jpg Le conseil de classe tel que vous le vivez, le conseil de classe tel que vous en rêvez. En 2003, sur la base de cette question, nous avons enquêté en Sarthe près des acteurs et actrices du conseil. Les résultats, étonnants, percutants, ont été publiés par nos soins dans la première partie du manuel Changer le conseil de classe, EduSarthe, août 2004, 79 p.

Quinze ans après, le conseil de classe a-t-il changé ? Et vous, comment le vivez-vous ? Comment le rêvez-vous ?

Lire la suite...

mercredi 7 février 2018

Pour une ad-mini-stration facilitatrice (mini 2)

BAT_POM_bureaucratie_170913.inddParmi les actions qui, selon nous, sans tarder, gagneraient à être mises en œuvre pour rapprocher, à l'école, le citoyen de son ad-mini-stration, nos lecteurs fidèles savent que nous mettons au premier plan "Changer le conseil de classe". Le Café pédagogique du 7 février mentionne avec détail et conviction l'expérience innovante réussie des "suivis de scolarité" instaurés au collège Les Hauts de Plaine à Lasagne-Montéglin (Hautes-Alpes). Chiche ! On y va ! C'est urgent désormais, tant notre vieux conseil de classe s'est ritualisé, banalisé, cristallisé, réifié, enkysté, ossifié, momifié.

lundi 10 juin 2013

L'ardoise du Bac

Cout_du_bac.jpg Le SNPDEN, qui n'est pas à proprement parler un dangereux groupuscule révolutionnaire, mais le ci-devant très honorable syndicat (majoritaire) des personnels de direction du second degré de l'éducation nationale, publie le 10 juin les vrais chiffres du coût du Bac. Edifiant !

Lire la suite...

samedi 8 septembre 2012

Comment éviter les décisions absurdes ?

Career_as_a_spiral.jpgSociologue, cadre dirigeant dans une grande entreprise industrielle, Christian Morel publie en 2012, chez Gallimard, ''Les décisions absurdes. II Comment les éviter''. A première vue, on pourrait croire à une publication humoriste ou racoleuse de plus. C'est tout à fait sérieux au contraire. En 2002 déjà, il avait publié le premier volet de sa grande enquête de terrain sur la négociation, la décision et le sens de l'action dans ''Les décisions absurdes, sociologie des erreurs radicales et persistantes''. En s'appuyant sur des exemples saisissants - notamment la décision, prise par la NASA en 1986, de lancer la navette Challenger, qui s'avéra une catastrophe -, il y démontrait que, curieusement, les individus prenaient collectivement des décisions singulières et qu'ils agissaient avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché, ce qui aboutit à des erreurs radicales et persistantes : on lance la navette malgré des joints toriques défectueux ; on se trompe de membre ou de côté à opérer en salle d'opération ; pour éviter un accident, des pilotes s'engagent dans une solution qui les y mène tout droit ; on persévère dans l'usage d'un outil de gestion au résultat inverse de l'objectif visé ; on persiste à passer en cordée sous un couloir d'avalanche quand les indicateurs météo sont mauvais et connus. Quels sont les raisonnements qui produisent ces décisions absurdes ? Les mécanismes collectifs qui les construisent ? Comment peut-on à ce point se tromper et persévérer ?

Lire la suite...

dimanche 23 octobre 2011

Powerpoint rend-il stupide ?

Pensee_powerpoint.gifNous avions publié ce billet en octobre 2010. Vu l'ampleur prise désormais par le dogme "Powerpoint" en réunion, en conférence, au travail, en jury de thèse, à tel point que l'absence de "Powerpoint" à l'appui d'un exposé oral rend désormais le présentateur suspect d'obsolescence technologique aggravée, voire, ce qui n'est guère mieux, de fainéantise (!), nous ne résistons pas au plaisir de le rééditer un an après. "Powerpoint" (rappelons que le mot français est "diaporama") rendrait-il stupide, voire plus ? Dans son enquête à charge parue en octobre 2010 aux éditions La Découverte, La pensée powerpoint, enquête sur un logiciel qui rend stupide, Franck Frommer, ex-journaliste amoureux de la langue française, spécialiste de la communication d'entreprise au sein d'un grand groupe financier international, enquête au pays de ce fameux logiciel dont on ne saurait se passer sous peine de déchoir de son statut de salarié modèle : PowerPoint, le logiciel Microsoft de présentation visuelle destiné à accompagner les exposés oraux. Résumer une année de travail en 10 slides (diapositives) et 50 bullet points (points forts), résumer une stratégie d'entreprise ou prouver que l'Irak possède des armes de destruction massive en "20 minutes et 10 slides" (règle d'or des communicants, paraît-il), présenter un résumé de mémoire de Master ou un projet de thèse...

Lire la suite...