Propos orientés

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - orientation scolaire

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 22 mars 2014

Bernard Desclaux veilleur visionnaire

Bernard_Desclaux.jpg Ancien directeur de CIO dans l'académie de Versailles, formateur d'équipes enseignantes, de personnels de direction, et blogueur constant, éclairé et éclairant, Bernard Desclaux a été interviewé le 27 février 2014 par Monique Royer qui dirige la rubrique Les portraits du jeudi des Cahiers pédagogiques. Un très beau moment pour saluer le veilleur visionnaire qu'est Bernard. Voici l'intégralité de ce riche échange.

Lire la suite...

samedi 6 juillet 2013

Mais qu'avons-nous donc fait des PDMF ?

Eloge_du_carburateur_Mathew_B._Crawford.jpg PDMF : Parcours de découverte des métiers et des formations. Depuis 2008, de la 5è à la terminale, les PDMF ont fait suite à l’éducation à l’orientation (1996). Cinq ans après, qu’avons-nous donc fait des PDMF ? Le 27 mars 2013, la DSDEN (IA) de Maine-et-Loire a organisé au lycée Bergson à Angers une journée d’études là-dessus. De quoi faire le plein d’énergie pour donner un second souffle aux parcours de découverte des métiers et des formations.

Lire la suite...

lundi 31 décembre 2012

Outils, non abuti !

boite_a_outils_enfant.jpgUti, non abuti : user, non abuser (expression latine). Devant la prolifération des outils en éducation à l'orientation, nous osons l'homophonie "Outils, non abuti" en hommage à la si célèbre expression latine.

De quelle éducation parlons-nous ?

« L’éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité, et de plus le sauver de cette ruine qui serait inévitable sans ce renouvellement et sans cette arrivée de jeunes et de nouveaux venus. C’est également avec l’éducation que nous décidons si nous aimons assez nos enfants pour ne pas les rejeter de notre monde, ni les abandonner à eux-mêmes, ni leur enlever leur chance d’entreprendre quelque chose de neuf, quelque chose que nous n’avions pas prévu, mais les préparer d’avance à la tâche de renouveler un monde commun », Hannah Arendt, ''La crise de la culture'', Folio Gallimard, 1989, p. 251-252.

« L’éducation c’est pour moi tout ce qui permet de découvrir et développer, en nous-mêmes et chez les adultes, tous les pouvoirs de vivre et d’être heureux, sur tous les plans de la personne, tout au long de la vie », François Marchand, Evaluation des élèves et conseil de classe, L'Epi, 1979.

Lire la suite...

dimanche 9 décembre 2012

"Ma prof de math, elle me parle jamais..."

Echec_et_math.jpgJeudi 6 décembre, Ludivine, 15 ans, en 3ème dans un collège saumurois, à la conseillère d’orientation-psychologue : "Ma prof de math, elle me parle jamais…" Elle ajoute, les larmes aux yeux : "Je suis l’une des pires…"

Dans un billet publié dans Propos d’un Normand 1906-1914, tome III, NRF-Gallimard, pages 207-209, Alain stigmatise ce qu’il nomme « l’enseignement monarchique » en ces termes. Extraits.

" Il y a un enseignement monarchique, j’entends un enseignement qui a pour objet de séparer ceux qui sauront et gouverneront, de ceux qui ignoreront et obéiront. Je revois par l’imagination notre professeur de mathématiques, qui certes ne manquait pas de connaissances, je le revois écrasant de son ironie un peu lourde un de nos camarades, qui était aussi myope qu’on peut l’être. Cet enfant ne voyait les choses qu’au bout de son nez. On le pressait. Il courait du sommet du triangle à l’autre, parlait pour remplir le temps, disait A pour B, droite pour angle, ce qui faisait des discours parfaitement ridicules ; et nous avions des rires d’esclaves. Cet enfant fut ainsi condamné publiquement à n’être qu’un sot, parce qu’il était myope.

Lire la suite...

lundi 15 octobre 2012

L'orientation scolaire d'abord

Roger_Gal_Histoire_de_l__education.jpgProfesseur de lettres classiques, le Gardois Roger Gal (1906-1966) fut un militant pédagogique de l’Éducation nouvelle. Directeur du service pédagogique de l’Institut pédagogique national (qui deviendra l’INRP), il fut l’un des fondateurs du Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN)

De 1942 à 1944, il écrit L'orientation scolaire, publié aux PUF en 1946. Cet ouvrage de 146 pages devrait être mis dans les mains de tous les politiques, élus et mandarins administratifs qui se préoccupent de l'orientation sans avoir jamais fait l'effort d'avoir lu des auteurs majeurs tels que Pierre Naville, Henri Wallon, Paul Langevin, Geneviève Latreille, André Caroff, Jean Drévillon, Maurice Reuchlin, Michel Huteau, et... Roger Gal.

L'ouvrage de Roger Gal comporte cinq chapitres : La nécessité historique de l'Orientation (majuscule écrite par l'auteur) ; L'Orientation scolaire et le problème de la culture ; La nécessité pédagogique et psychologique de l'Orientation ; Les transformations scolaires exigées par l'Orientation ; Les techniques de l'Orientation scolaire. Nous nous en tiendrons ici à la remarquable introduction.

Extraits de l'introduction intitulée : Importance générale de la question. « Le problème de l’Orientation scolaire et professionnelle, c’est le problème central de la Réforme de l’Enseignement et de l’Education que tout le monde aujourd’hui sent désirable et inévitable ; je dirai plus, c’est le problème qu’impliquent tous les autres qu’ils soient politiques, sociaux, économiques, moraux ; car il touche à chacun d’eux ; il n’est aucun d’eux qui ne dépende en quelque mesure de lui. Il est au fond le problème de la civilisation nouvelle qui s’élabore à travers les bouleversements que nous vivons. C'est de sa solution que dépendent l'épanouissement et le bien de l'individu, puisque orienter, c'est s'efforcer de savoir de quelle manière on développera au maximum les forces latentes en chaque personnalité en formation, chercher dans quel sens chaque être humain réalisera sa plénitude.

Lire la suite...

samedi 22 septembre 2012

Il y a une spécificité de l'orientation initiale

dominiqueh.jpgDans son propos inaugural aux 61èmes journées nationales de l'ACOP-France donné le mercredi 19 septembre à la Bourse du Travail de Bobigny, en pleine semaine de Débat national pour la refondation de l'Ecole, le président Dominique Hocquard a tenu une position étayée qui, vu son importance et le contexte du Débat national, nous paraît tenir toute sa place ici.

En voici de larges extraits :

" Il y a une spécificité globale de l’orientation initiale qui ne se confond pas avec la conception, certes tout à fait légitime, de l’insertion territoriale, généralement thématisée comme un problème public lié à l’emploi, comme une urgence à résoudre (le chômage des 16-25 ans), et pensée dans les termes de la cohésion sociale, de la croissance et de la bataille pour l’emploi.

" Si les actions territoriales d’insertion vers les métiers d’électro-bobinier, par exemple, ont une pertinence territoriale indéniable, on peut néanmoins s’interroger sur l’inégale réception de ce type d’initiatives auprès d’élèves de collège. Le risque est, au prétexte de la réduction du décrochage, qu’une population scolaire soit d’entrée de jeu ciblée, identifiée, asservie au territoire.

" Le risque est aussi que, dans l’urgence sociale actuelle, avec une légitime priorité donnée à l’emploi et particulièrement à l’insertion des jeunes, la question du décrochage ne devienne le pivot d’une politique éducative qui, pour éviter la marginalisation des 150.000 jeunes sortis du système éducatif sans qualification, viserait alors l’insertion socio-économique comme le tout d’une politique d’orientation initiale à installer avec la Région dans les établissements d’éducation. C’est vrai que nous ne concevons pas l’orientation de cette manière sectorielle. Nous concevons l’orientation comme : un acte global, progressif, ouvert, réversible et concernant tous les jeunes ; un acte éducatif, accompagnant le développement de tous les élèves s’adressant à tous les élèves, et pas seulement à ceux qui sont en difficulté ; un acte éducatif prenant en compte la réalité de l’enfant ou de l’adolescent dans sa globalité ; un acte éducatif qui vise à aider chaque élève à trouver un sens à sa formation, à s’engager dans ses apprentissages, à identifier les ressources possibles pour surmonter ses difficultés.

Lire la suite...