Propos orientés

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - personne et orientation

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 6 mai 2014

L'orientation est un chemin

Chemin_creux.png On a souvent dit que l'orientation était un choix, un projet, une éducation à ou un parcours. Et si elle était d'abord un chemin ? "L'homme est un chemin", nous dit Pierre Sansot, dans Variations paysagères (1983). Et il poursuit : "Peut-être conviendrait-il de ne pas dissoudre l'opacité de cette affirmation qui lui assure valeur."

Lire la suite...

mardi 8 avril 2014

Hommage à Thierry Boy (acte 2)

Thierry_Boy.jpgCe mardi 8 avril, au 41, rue Gay Lussac à Paris, l'INETOP organisait un émouvant et passionnant hommage à Thierry Boy, tout juste un an après sa mort en avril 2013. Pärti en pleine activité à tout juste 60 ans, on rappela qu'avant d'exercer les fonctions de conseiller d'application à l'INETOP de 1997 à 2013, Thierry avait exercé en CIO à Provins puis au CIO Paris 4ème. Il fut ensuite chargé de mission académique à l'informatisation des CIO dans l'académie de Paris puis chargé de mission nationale. Comme l'a dit Even Loarer, directeur de l' INETOP, en ouvrant la journée, parler de Thierry, c'est parler d'un homme, d'un compagnon et d'un professionnel inestimable, modeste, altruiste et à l'intelligence toujours en éveil. C'est aussi parler de l'orientation.

Lire la suite...

samedi 22 mars 2014

Bernard Desclaux veilleur visionnaire

Bernard_Desclaux.jpg Ancien directeur de CIO dans l'académie de Versailles, formateur d'équipes enseignantes, de personnels de direction, et blogueur constant, éclairé et éclairant, Bernard Desclaux a été interviewé le 27 février 2014 par Monique Royer qui dirige la rubrique Les portraits du jeudi des Cahiers pédagogiques. Un très beau moment pour saluer le veilleur visionnaire qu'est Bernard. Voici l'intégralité de ce riche échange.

Lire la suite...

dimanche 16 mars 2014

Guenambou : "Je suis venue en France pour être une femme libre"

Cour_de_Babel.jpgMarian, Oxana, Sim, Rama, Luca, Youssef, Maryam, Vania, Felipe, Miguel, Androméda, Guénambou, Sim... Ils-elles ont entre 11 et 15 ans et sont venu-e-s du monde entier : Guinée, Chine, Ukraine, Roumanie, Chili, Maroc, Libye, Irlande, Sénégal... Cour de Babel, le documentaire de Julie Bertuccelli, nous ouvre les portes de la classe d'accueil du collège de La Grange aux Belles (Paris Xè). Et nous n'en sortirons pas indemnes !

Lire la suite...

lundi 10 mars 2014

Sur le Net, les ados ont une vie sociale

Danah_Boyd.jpg Dans Le Monde du 11 mars 2014, l'article d'Alexandre Léchenet nous livre quelques-uns des secrets de la vie des ados sur Internet, grâce à l'interview de danah boyd, chercheuse américaine. Ecoutons-la bien.

Après dix années de travail auprès de jeunes Américains, danah boyd, blogueuse sans majuscule, chercheuse chez Microsoft Research et professeure associée à l’université de New York, publie un livre pour éclairer l’usage que les adolescents ont des réseaux sociaux : It’s complicated, the social lives of networked teens (disponible gratuitement en anglais, en attendant une traduction en français) veut expliquer aux parents ce que font concrètement leurs enfants sur Internet, s’attachant à démonter plusieurs fantasmes et à nuancer les risques les plus couramment évoqués (cyberaddiction, perte d’identité, disparition de leur vie privée, harcèlement, mauvaises rencontres).

It’s complicated, du nom d'un statut Facebook, illustre toutes les facettes de cette vie en ligne qu’ont ces adolescents aux yeux rivés sur leur smartphone. Nous avons rencontré danah boyd à Austin (Texas), au festival « South by Southwest » consacré aux nouvelles technologies. Elle donne plusieurs pistes pour comprendre comment les ados vivent sur les réseaux sociaux.

Lire la suite...

dimanche 6 octobre 2013

N'attends rien de moi

Qu__est-ce_tu_voudrais_faire_plus_tard243.jpgLe 1er juillet 2013, le site d'information et de débat sur l'actualité Rue 89 publiait un article de J.-B. Tartiflat "Cher conseiler désorienté, n'attends rien de moi, ton conseiller d'orientation". Dans un humour cinglant, décoiffant et quelque peu désabusé, l'auteur disait beaucoup des difficultés du métier face au temps étique ou cachectique du conseiller. Le voici, dans son intégralité.

" J’ai été mal orienté. Du coup, à l’instar de Zazie qui voulait devenir institutrice pour faire chier les mômes, pour me venger, je suis devenu conseiller d’orientation psychologue. Vous savez, cette figure qui, selon Kepel, est encore plus détestée que le flic dans les banlieues de notre République...

Lire la suite...

lundi 5 août 2013

Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ? (4/4)

Sherlock_Holmes.jpegRassure-toi, Louise (cf. billet 1/4), j'en aurai bientôt fini avec ma petite chronique de l'inspectorat en orientation et nous retournerons ensemble à la découverte des escargots. Alors, last but not least (oui, je sais, cette formulation quelque peu rapide pourra te surprendre, elle signifie : "le dernier (billet), mais non le moindre"...), pourquoi ne pas poser la question déontologique (la déontologie, c'est ce qu'il faut faire dans une profession) ? Voici une proposition de Code de déontologie des IEN-IO. Afin de lancer un débat à l'intérieur même de la profession. Chiche !

Lire la suite...

Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ? (3/4)

inspecteur_Clouseau.png Les résultats des réponses aux questionnaires retournés par 20 IEN-IO en juillet-novembre 2003 sont présentés ci-après de manière résumée. Malgré la faible représentativité de l'échantillon, il n'en constitue pas moins un témoignage inédit et, à cet égard, respectable, d'une profession qui se livre, et se cherche. C'est pourquoi il a paru essentiel d'en faire état, aussi fidèlement qu'il m'est possible, et en total respect de l'anonymat de rigueur. Que mes collègues soient vivement remerciés de leurs riches contributions, et de leur confiance en l'orientation !

Lire la suite...

Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ? (2/4)

inspecteur_colombo.pngIl y a dix ans, en février 2003, le Premier Ministre Raffarin décide impromptu, sans consultation préalable des Régions et de la profession, de régionaliser les CIO et leurs personnels. S'ensuit un vaste mouvement des personnels qui s'achèvera en juin 2003 quand la mesure fut rapportée. Pendant ce temps, à quoi rêvent les inspecteurs ? De mon côté, ne sachant où allait une profession qui, visiblement, se cherchait depuis plusieurs années sans les CIO, leurs personnels et le mouvement d'orientation qui les avait portés (cf. Huteau M., Lautrey J., Les origines et la naissance du mouvement d'orientation, revue OSP n°1, 1979), je lançai un mini-questionnaire à mes collègues.

Lire la suite...

samedi 3 août 2013

Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ? (1/4)

Inspecteur_gadget.bmpLouise, 4 ans 10 mois : "Dis papy, à quoi ça sert un inspecteur ?" Bonne question, n'est-il pas ? Et le papy, reprenant un peu de glace à la vanille, de balbutier : "Et bien... euh... ça sert... à inspecter...". Louise, ne lâchant pas le morceau pour si peu : "C'est quoi, inspecter ?" Le papy, non sans avoir repris une gorgée de café : "Et bien... inspecter, c'est veiller..." (estivalement, l'inspecteur devient aisément veule, ne trouves-tu pas, cher-chère ami-e internaute ?). Et Loulou, ne manquant ni de perspicacité ni d'à propos : "Veiller, ça rime avec surveiller". "Gloups" déglutit bruyamment papy en renversant une gorgée de café sur son bermuda. Et l'ancêtre indisposé par tant d'aplomb de botter carrément en touche : "Va jouer, tu as le droit de sortir de table... On en reparlera plus tard quand tu seras grande..." Comme les enfants sont impitoyables avec l'aïeul en vacances. Comme l'aïeul est transparent...

Lire la suite...

mardi 5 février 2013

L'élève est une personne

Qui_veut_apprendre_a_apprendre.jpgSur le blog de Luc Cédelle, nous lisons non sans intérêt et émotion un billet posté le 14 janvier 2013 à propos de Catherine Henri intitulé La poétique de l'enseignante. Fille de Pierre Henri, résistant, conseiller d'orientation, directeur de CIO au Mans de la fin de la seconde guerre mondiale à 1983, concepteur-créateur-adaptateur de tests et épreuves psychotechniques, Catherine Henri est professeure de Lettres à Paris. Nous l'avions invitée aux journées nationales d'études de l'ACOP-France au Mans en septembre 2010, où elle avait fait une intervention remarquée sur le thème Fatum et kairos.

Extraits du billet de Luc Cédelle

"Comme d'autres professionnels (marins, médecins, musiciens, pilotes, cuisiniers, secouristes, sidérurgistes...) peuvent avoir la mystique de leur métier, Catherine Henri a le feu sacré du sien, qui consiste à enseigner les lettres à de très jeunes gens. Elle exerce dans un établissement parisien – le lycée Louis-Armand, dans le 15ème arrondissement parisien - où un proviseur respecté et bienveillant encourage une équipe de professeurs à ne jamais lâcher prise devant l'adversité qui, parfois, vient contrecarrer leur action.

Lire la suite...

jeudi 12 juillet 2012

Lettre aux élèves, par Michel Breut

Un_plaisir_de_college__Luc_Cedelle.jpgAu moment où il part en retraite au CIO de Bordeaux Nord et après plusieurs décennies passées dans l'académie de Nantes, Michel Breut, conseiller d'orientation-psychologue, écrit une très belle et émouvante lettre aux élèves. La voici.

"Mes chers élèves du collège Edouard Vaillant,

"Je termine dans quelques jours ma vie professionnelle de conseiller d’orientation-psychologue et je suis rempli d’émotions à l’idée que je ne retravaillerai plus avec vous à la rentrée des grandes vacances. Je serai en retraite et dans de nouvelles activités. J’ai travaillé comme conseiller d'orientation-psychologue (COP) pendant 40 ans et j’ai reçu en rendez-vous des milliers d’élèves, chaque jour d’école. A travers vous, c’est à ces milliers d’élèves que je pense aussi. Vous avez une place particulière pas seulement parce que vous êtes les derniers pour lesquels je suis "le COP". Avec ces milliers d’élèves, j’ai appris ce que je sais faire comme conseiller, j’ai appris à ne plus faire ce que je faisais, à laisser tomber des actions et des idées qui ne marchaient pas. J’ai inventé, par mon travail avec vous, des idées et des actions nouvelles. J’ai appris à vous écouter, à regarder vos émotions, vos peurs, vos plaisirs tellement intenses.

Lire la suite...

dimanche 13 mai 2012

Ce que les jeunes attendent

Ce_qu__attendent_les_jeunes__Libe__12_mai_2012.jpg Si l'orientation est autre chose que le remplissage des établissements et des formations, si elle est autre chose que la publicité éhontée de lessiviers que se livrent sur le hit-parade mondial, national ou local les marchands de formation et, derrière eux, les lobbies économiques ou disciplinaires, il peut être utile, de temps à autre, de ne pas oublier qu'elle est aussi, à un moment donné, un rapport qu'a la jeunesse d'un pays avec son avenir, et peut-être même avec son devenir.

Gérard Mauger (1994, 2009), Olivier Galland, Eric Maurin (2004, 2009), François Dubet, l'Observatoire des inégalités, le Centre d'étude et de recherche sur les enseignements et les qualifications (CEREQ) ont montré à maintes reprises le sort peu enviable dévolu à la jeunesse française lors de son entrée dans la vie professionnelle.

__

Lire la suite...

lundi 5 mars 2012

Sauvons les garçons !

Sauvons_les_garcons.jpgA l'heure où l'on va célébrer, non sans de bonnes raisons bien sûr, la journée internationale des femmes, il n'est pas inutile de rappeler que, dans les 20 dernières années, l'école, l'université ont vu les filles et les femmes truster les parcours et concours les plus prestigieux. Bref, comme chacun sait, elles réussissent beaucoup mieux à l'école que les garçons. Cela se complique nettement lorsqu'elles entrent dans l'emploi. L'école fait donc son boulot pour elles. Mais le fait-elle pour les garçons ? Ce n'est pas la thèse de Jean-Louis Auduc qui, corroborant les statistiques officielles constatant le décrochage scolaire croissant des garçons sur les filles, appelle à une réaction forte des pouvoirs publics, des enseignants, des parents d'élèves et... des garçons. Sauvons les garçons pendant qu'il en est temps !

Ecoutons-le dans l'interview qu'il avait réalisée auprès du Café pédagogique au moment de la sortie de son ouvrage éponyme en 2009.

Extraits

"L'école est sans aucun doute un des seuls lieux où le genre masculin est une particularité disqualifiante" écrit Jean-Louis Auduc, dans l'introduction à son livre "Sauvons les garçons !". L'ouvrage met en avant les difficultés scolaires des garçons dans le système éducatif français et propose des explications.

Lire la suite...

mardi 23 août 2011

Parler d'elles

image_de_conseillere_d__orientation.jpgPatricia, Anne-Sophie, Carole, Clara, Pauline, Laure, Marie-Paule, Anaïs, Dioline, Lionel, Nathalie, Sophie, Emma, Carole, Sabrina, Anne-Claire, Delphine, Charlotte, Lucie, Alexie, Mathilde, Alexandra, Valérie, Julia, Martine, Flore, Alexandra, Sophie, Kristell, Hélène et... Guillaume ! Eh oui, un intrus masculin, un seul, s'est immiscé dans la liste des 31 néo-cop ayants-droit au dispositif académique d'accompagnement à l'entrée en fonctions dans l'académie de Nantes en 2010-2011 ! C'est dire que la féminisation du corps des conseillers d'orientation-psychologues est quasi totale désormais, ce qui n'était pas le cas dans les générations qui accédaient à ce corps dans les années 1970-80. Ici, je veux parler d'elles.

Lire la suite...

dimanche 21 août 2011

Parler d'eux

13033746660_iStock_000006820933Small__photo_longue_.jpgQuand, sous les ciels changeants d'un août mi-figue mi-raisin bruissant à gros flots de la "perte de confiance" des marchés financiers devant les verdicts des agences de notation (Ah ! Le fameux AAA "perdu" par les Etats-unis sous les fourches caudines de l'agence Standard et Poor's le 5 août 2011...), on se prend à redouter un remake du Black automn 2008 et que les Bourses et valeurs plongent, plongent... Quand, dans la torpeur estivale et les "Oh ! Que tu es bronzée !" ou les "Ah ! Tu es allée en Corse cette année !", ou encore "Tu as vu comme l'Afrique est belle et accueillante et les Africains si pauvres", ou bien "Pendant que nos parents gardaient nos enfants dans leur villa de Pornic, nous en avons profité pour faire une thalasso", on se prend à redouter à ce qui pourrait s'apparenter à une rentrée difficile... Quand finit par arriver l'heure de boucler ses valises ou la villa familiale de Dinard ou son sac-à-dos de globe-trotter et que l'horizon du morne quotidien métro-boulot-dodo commence à reprendre le dessus de nos insomnies, qu'il va être temps de boucler le 3ème tome de Guerre et Paix ou des Misérables que promis-juré, on-s'était-promis-de-dévorer-cet-été mais c'était sans compter sur les amis débarqués à l'improviste un dimanche soir ou les petits enfants à demeure huit jours de plus que prévu... Que reste-t-il pour se préparer mentalement à cette rentrée hors une pensée forte, attentionnée, intense, positive pour tous ces jeunes adolescentes et adolescents qui, dans quelques jours, vont reprendre le chemin plein d'embûches du collège, du lycée ou de l'université (qu'a donc pourtant à voir l'enfant de 11 ans découvrant le collège, l'ado de 13-14 ans qui ne rêve que d'en sortir au plus vite, celui de 15-16 ans confronté au lycée ou à l'apprentissage et le jeune adulte de 18-19 ans face à l'université ?) Sans une pensée pour ces grands adolescents néo-adultes néo-étudiants souvent coincés entre leur soif légitime mais maladroite de s'exprimer et de dessiner leur propre trace et leur dépendance vis-à-vis des images parentales lourdes, souvent trop lourdes à porter, ou à l'opposé inexistantes ou contradictoires...

Lire la suite...

mardi 19 juillet 2011

(Se) reposer, regarder

Musee_Malraux.jpgSe poster ne serait-ce que quelques heures à l'entrée du port du Havre, c'est voir entrer et sortir dans une noria incessante vraquiers, minéraliers, gaziers, pétroliers, villes-paquebots et ferry-boats (que les Québécois dénomment joliment traversiers). Sur ces derniers, réécouter Escartefigue capitaine du "féribo-a-te", relire Morand : "Nous croisions, manquant de peu l'abordage, (...) des ferries, si beaux à voir, le soir, avec leur étage de vitres illuminées comme des tramways aquatiques (New-York, 1930)". C'est là que, lumineuse et attentive vigie sur l'estuaire de la Seine et de la Manche siège MuMa, musée Malraux, inauguré par le ministre de la Culture du président De Gaulle en 1961. De l'intérieur, l'oeil attiré par les cimaises et les sculptures croise parfois un bâtiment entrant ou sortant. Magique. Sur l'esplanade, la sculpture monumentale de Henri-Georges Adam, « un œil tourné vers l’avenir ». Musée et signal, posés sur le bord de la mer, traduisent la conviction intime des concepteurs du projet : la culture, ouverte à tous, sera le ferment essentiel de la renaissance. Ecrin de lumière, poste avancé de la ville, phare culturel, nef d'acier et de verre, le musée Malraux est surtout, aujourd’hui, le lieu qui réunit notamment les chefs d’œuvres de Boudin, Dufy et des grands maîtres de l’impressionnisme.

Lire la suite...

lundi 4 juillet 2011

Jeanne ou la quête de la mère

Jeanne.jpgUniversitaire et helléniste de renommée internationale, sociétaire de l'Académie française, défenseure des Belles Lettres et, derrière les Lettres classiques, d'une exigence de tous les instants dans l'enseignement des nouvelles générations, Jacqueline de Romilly (1913-2010) avait caché un livre secret sur sa mère Jeanne, écrit en 1977. Elle l'avait confié à son éditeur et ami Bernard de Fallois en 1977, qui l'a publié fin 2010 à la mort de l'auteure et sur ses instructions.

Une mère adorée. Livre autobiographique dense et émouvant. "Jeanne au bracelet d'argent",ainsi dénommée affectueusement par sa fille Jacqueline, se révèle, campée par elle, une mère aimante, brillante, jusqu'au bout soucieuse du bien-être physique et surtout intellectuel de sa fille, et ce, malgré les aléas d'une vie qui ne l'aura pas épargnée. Beaucoup de pudeur, d'admiration et d'amour filial dans cet ouvrage. Sa mère, la journaliste, romancière et dramaturge Jeanne Malvoisin, fut une femme aux multiples dons sans pour autant connaître le succès qu'elle eut mérité.

Lire la suite...

mercredi 25 mai 2011

Cyril et un vélo à la recherche du père

Gamin_au_velo_frers_dardenne.jpgPourquoi, après avoir retrouvé son vélo vendu par son père sans le lui avoir dit, Cyril, jeune chien perdu sans collier de 12 ans, qu'Aldo, le dealer de la cité dénomme "Pitbull", pédale-t-il si vite, si souvent, si longtemps ? Et jusqu'où ? Que cherche-t-il ? Qui cherche-t-il ? Pourquoi sa bicyclette adorée a-t-elle été vendue par son père au moment même où il l'a placé, "temporairement" avait-il prétendu, en foyer d'enfants ? Pourquoi Cyril, enfant abandonnique, défend-il avec autant d'âpreté son vélo au point de se battre avec des plus forts et des plus grands que lui ?

Un jour, grâce à la complicité de Samantha, la coiffeuse qui l'a pris en famille d'accueil le dimanche, il finit par retrouver trace de son père, et le rencontre quelques minutes sur son lieu de travail. Celui-ci, tout à la honte de l'avoir abandonné, "refait sa vie"et ne veut pas s'encombrer de son fils. Mais peine à le lui dire. Très émouvants échanges entre un père absent et un fils abandonné. Parti à la recherche du père avec son vélo, Cyril aura trouvé une mère. Les pères ne s'en sortent jamais bien dans les films des frères Dardenne. Et pourtant, eux aussi ont une importance capitale dans la construction identitaire de leurs enfants, et notamment de leurs fils. Le savent-ils tous assez ?

lundi 7 mars 2011

Prof et être

livre-libres-cours.jpgProf de lettres au lycée Louis Armand à Paris, fille de Pierre Henri, directeur du CIO Le Mans centre (1944-1984), conférencière au Mans le 22 septembre 2010 lors des 59èJNE ACOP-F sur le thème Fatum et kaïros, Catherine Henri s'est exercée avec talent à la plume dans ''De Marivaux et du loft'' (POL, 2003) et ''Un professeur sentimental'' (POL, 2005). Avec son nouvel ouvrage, ''Libres cours'' (POL, 2010), elle livre un opus dans la lignée de qualité des précédents. Pour elle, enseigner est davantage un « état d'éveil » qu'un métier. Son ouvrage est consacré à son expérience sur trois années scolaires, dans un établissement considéré en secret, par le rectorat, comme un lycée de « fond de secteur ». Catherine Henri : « Pour moi, un professeur, surtout de littérature, n'est pas seulement un corpus d'œuvres, ou un fournisseur de méthodes. C'est aussi un sujet, avec ses goûts, ses faiblesses, sa mémoire, c'est aussi, peut-être surtout, avec cela qu'il enseigne ».

Lire la suite...