Il est presque certain que cette pandémie a commencé avec ce mode de transmission au sein du marché aux fruits de mer de la ville chinoise de Wuhan, qui vendait aussi des animaux terrestres sauvages comme nourriture.

(...) Une autre préoccupation majeure est le trafic d’animaux sauvages et de leurs organes à travers le monde. Malheureusement, ce trafic s’est transformé en un marché très lucratif de plusieurs milliards de dollars, souvent organisé par des cartels criminels. Ce commerce est non seulement très cruel et contribuant indéniablement à l’extinction terrifiante d’espèces, mais il pourrait aussi mener à établir les conditions favorables à l’émergence de zoonoses. Les animaux sauvages ou leurs organes qui sont exportés, souvent illégalement d’un pays à un autre, apportent également leurs virus avec eux. Le scandaleux trafic de jeunes singes sauvages mais aussi de grands singes, d’oiseaux, de reptiles et d’autres animaux sauvages pour en faire des animaux de compagnie est une autre source d’inquiétude. Une morsure ou griffure d’un animal sauvage ramené à la maison peut mener à des choses bien plus graves qu’une petite infection. (...)

Ne pas oublier la crise climatique

Bien que nous tentions, de façon justifiée, de prioriser nos efforts pour contenir le Covid-19, nous ne devons pas oublier la crise dont les effets à long terme sur la planète et les générations futures sont potentiellement catastrophiques – la crise climatique. Le mouvement appelant l’industrie et les gouvernements afin d’imposer des restrictions sur l’émission de gaz à effets de serre, pour protéger les forêts, et pour nettoyer les océans, ne fait que s’amplifier. Cette pandémie a contraint les industries à fermer dans de nombreuses régions du monde. En conséquence, de nombreuses personnes ont découvert pour la première fois le plaisir de respirer un air sain et de voir le ciel étoilé la nuit.

Mon espoir est qu’une compréhension de ce que le monde devrait être, accompagné de la prise de conscience que la pandémie actuelle est liée à notre manque de respect pour le monde naturel, encouragera les entreprises et les gouvernements à allouer plus de ressources au développement d’une énergie propre et renouvelable, à l’atténuation de la pauvreté et à aider les personnes à trouver des alternatives pour gagner leur vie sans que cela n’implique d’exploiter la nature ou les animaux.

Faites que nous prenions conscience que nous faisons partie du monde naturel et que nous dépendons de lui pour notre nourriture, notre eau et notre air. Faites que nous reconnaissions que la santé des personnes, les animaux et l’environnement sont connectés. Faites que nous soyons respectueux des autres, mais aussi de tous les animaux sensibles et de la nature. Dans l’intérêt du bien-être de nos enfants et des leurs, et pour la santé de cette magnifique planète Terre, notre seule demeure.

Pour aller plus loin

Alexis Gajevic-Sayegh, Du virus au climat, La vie des idées 18 mai 2020