Une pensée aussi pour toutes les principales et tous les principaux des collèges ruraux, les professeurs, et les parents d'élèves dont les enfants prennent chaque jour un autocar sur nos routes de campagne pour se rendre à l'école, au collège, au lycée.

Mais n'en déplaise à nombre de journalistes, je souhaite leur rappeler qu'ils s'honoreraient à remplacer définitivement l'expression ramassage scolaire par celle de transport scolaire. Oui, on transporte des êtres humains, des enfants ici en l'occurrence, et on ramasse des êtres inanimés, des objets, des choses éparses. Violence extrême d'entendre rabâcher à longueur de médias le terme de ramassage scolaire au moment même de cette tragique catastrophe humaine. S'il vous plait, on transporte des enfants, et on prend soin d'eux, on ne les ramasse pas !